Webovino
Le forum qui a du nez
Le café du commerce
Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 05 mai 2016 09:18

Pommery se lance dans les effervescents anglais

Après Taittinger en décembre 2015, c’est au tour de Pommery de s’intéresser au vignoble anglais. La société vient d’annoncer la création d’un partenariat avec le producteur de vin Hattingley Valley basé dans le comté du Hampshire, au sud de l’ile.

Dans un article publié sur le site « The drink Business », le président de Vranken Pommery Monopole déclare : « Nous sommes heureux de travailler en Angleterre, un pays apprécié de Madame Pommery et qui influença sa vie et ses champagnes ».

L’article évoque aussi l’intérêt de plusieurs maisons de champagne pour investir en Angleterre, en invoquant un vignoble et une qualité de terroir comparable à celle de la région Champagne mais aussi les prix du vignoble très attractifs.
Pommery doit proposer sa première cuvée de vin effervescent en 2019.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 31 mai 2016 08:47

La Champagne cherche à inventer les cépages du futur

La Champagne invente les cépages du futur

Reims, 29 mai 2016 (AFP) - Face au changement climatique qui pourrait dénaturer le champagne et entraîner le développement des maladies de la vigne, la filière viticole champenoise lance un programme de création de nouveaux cépages plus résistants tout en conservant la typicité du roi des vins.

« Nous travaillons sur du très long terme et cela pourrait changer les fondamentaux des cépages de l'appellation », déclare à l'AFP Thibaut Le Mailloux, directeur de la communication du Comité Champagne, l'organisme interprofessionnel qui regroupe vignerons et négociants.

En partenariat avec l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Colmar et l'Institut français de la vigne et du vin de Montpellier, le programme, qui s'étale sur 15 ans, vise à créer quatre à cinq nouvelles variétés de raisin pour anticiper les défis environnementaux à venir. « Il s'agit de croiser les cépages autorisés en Champagne avec des variétés naturellement résistantes à certaines maladies ou présentant des particularités intéressantes, comme une maturation tardive par exemple, afin d'obtenir une résistance naturelle ou une aptitude culturale mieux adaptée à de nouvelles conditions climatiques », précise le Comité Champagne dans un communiqué.

L'évolution des conditions climatiques a déjà un impact sur le cycle de la vigne en Champagne. Selon l'interprofession, depuis les années 90, la floraison commence environ deux semaines plus tôt. Les grappes sont plus grosses et présentent des taux d'alcool en progression de près d'un degré. Des teneurs en CO2 plus élevées optimisent également la photosynthèse. Ces paramètres profitent pour le moment au champagne mais pourraient finalement le pénaliser si, comme les experts du climat le prédisent, la température moyenne globale augmente de près de 1°C à 5°C d'ici 2100. « Il faut lancer la recherche absolument maintenant, car dans 25 ans il sera trop tard », estime Thibaut Le Mailloux.

Hybridation avec des « supergéniteurs »

Sept cépages sont actuellement autorisés dans l'appellation. Le pinot noir, le pinot meunier et le chardonnay sont les plus répandus devant l'arbane, le petit meslier et les pinot gris et blanc. Ces espèces sont elles-mêmes le fruit de recherches propres au savoir-faire champenois. Des croisements ont eu lieu tout au long de l'histoire de la Champagne, notamment entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, à l'époque de la crise du phylloxéra.

L'enjeu est désormais de fabriquer des variétés résistantes aux maladies de la vigne comme l'oïdium et le mildiou, qui sont favorisées par le réchauffement climatique, et par la même occasion de réduire l'utilisation de pesticides. « Nous croisons des supergéniteurs, très résistants, avec nos variétés, détaille Arnaud Descotes, directeur adjoint technique et environnement du Comité Champagne. Nous partons d'une grappe de raisins commençant à fleurir que nous fécondons avec du pollen issu de la variété qui nous intéresse. Les premiers croisements ont eu lieu en 2015. Les seconds se dérouleront à l'INRA en juin 2016 ». Le processus d'hybridation devrait donner 4.000 pépins, qui seront plantés dans les parcelles expérimentales de la Champagne dans six ans.

A l'horizon 2030, après des tests, analyses et dégustations, quatre à cinq variétés pourraient être inscrites au catalogue français des variétés de vigne puis au cahier des charges de l'AOC. « Il ne s'agira en aucun cas d'OGM, mais d'espèces hybrides obtenues grâce à la technologie », précise Arnaud Descotes.

Durant ces travaux, les scientifiques veilleront à ce que la typicité des vins soit conservée. « Garder le style champagne est vraiment un objectif central, confirme Thibaut Le Mailloux. Nous poursuivons notre tradition d'innovation, mais le champagne restera le champagne ».




Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Revue de presse

Messagepar EricC » 08 juin 2016 23:00

http://www.terredevins.com/actualites/p ... tes-rhone/
La Cour d’appel de Paris a rendu son arrêt : la campagne de publicité des Côtes-du-Rhône est frappée d’interdiction sous peine d’une astreinte de 5 000 € par infraction constatée.
(...)
En cause, le visuel phare de cette campagne. Réalisé au crayon, il montre un homme en costume cravate s’envoler au dessus de la grisaille de la ville grâce un ballon baudruche rouge à la main.


Oups !
Image



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Revue de presse

Messagepar EricC » 08 juin 2016 23:08

Relire le billet de Vincent Pousson sur le sujet : Au goût de la mort
"Au goût de la vie", c'est le titre de cette série de publicités au graphisme un peu sixties. Les créatifs ont joué sur un ballon rouge, un ballon de rouge. "Au goût de la vie". La vie, vous imaginez? Quelle horreur! Le vin, la vie, c'est intolérable…
Vite, comme le veut la mode de ce pays de fonctionnaires qu'est devenue la France, il faut enchaîner, enfermer, pire tuer tout ce qui bouge, ce qui rapporte, tout ce qui vit dans l'Hexagone. Il faut en finir avec la vie. Qu'au plus vite l'on connaisse le goût de la mort.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 13 juin 2016 09:32

Le meilleur vin du monde est un malbec chilien à 7 euros

Le magazine anglo-saxon Decanter a dévoilé le palmarès des meilleurs vins du monde et a consacré un nectar chilien, « La Moneda Reserva Malbec ». La bouteille ne coûte que 7 euros (£5,75).

La Chili confirme son statut de nouvel eldorado du vin. Decanter, spécialiste mondial du vin, a mis au travail un panel de 240 dégustateurs internationaux qui ont trempé les lèvres dans un échantillon de 16.000 bouteilles de vin rouge et blanc. Toutes concourraient pour le titre de meilleur vin. Dans la catégorie des bouteilles à moins de 15 livres, c’est une production chilienne, commercialisée dans les grandes surfaces anglaises Asda qui a décroché le Graal.



Le vin, qui tire sa puissance du cépage malbec, comme son nom l’indique, a été reconnu pour ses saveurs de fruits sauvages écrasés, ses notes de yaourt à la vanille, une pointe de poivre et sa fraîcheur. En rayon, la bouteille ne coûte que 7 euros environ (£5,75), hors promotion. Mais, les oenophiles pourraient bien être déçus de ne pas donner leur avis sur le sujet puisque l’enseigne craint ne pas réussir à renouveler son stock déjà en rupture, en raison de la trop forte demande provoquée par ce prix.




Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Revue de presse

Messagepar EricC » 05 juil. 2016 10:24

Le champion de tennis serbe Novak Djokovic se lance dans le vin

Citoyen serbe, c’est sur les terres qui l’ont vu naître qu’il a décidé d’acheter 5 hectares de terrain par l’intermédiaire de son oncle. Le lieu se situe proche de la ville de Lipovac dans la région de Šumadija connu pour ses vignobles. L’acquisition du terrain n’est pas anodine, il y a 50 ans, le terrain aurait déjà abrité de la vigne.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 18 juil. 2016 23:10

Du rififi dans le milieu du foot :mrgreen:

http://www.footamateur.fr/Quand-le-pot- ... a2148.html

Dimanche 12 juin, stade du Brouhot à Vierzon dans le Cher. C'est le dernier match de la saison dans cette poule A de Deuxième Division de District entre l'équipe 4 du Vierzon FC et l'US Sancerre. Un match très important pour les visiteurs car ils peuvent valider leur montée à l'étage supérieur en cas de succès.

Comme le rapporte Le Berry, un dirigeant sancerrois a appelé le président du vierzonnais la veille du match « pour lui demander de ne pas renforcer son équipe » proposant même « d'offrir une caisse de vin ». Refus immédiat. Puis ce dirigeant a de nouveau tenté sa chance à la mi-temps de la rencontre alors que Vierzon menait au score (2-0).

Le responsable vierzonnais a de nouveau refusé ces avances... mais il s'est avéré que certains joueurs du club local ont bien reçu des caisses de vin à l'issue du match remporté par... l'US Sancerre (3-2).

Le FC Fussy Saint-Martin Vignoux s'estime lésé !
La corruption mise à jour, le District du Cher a sanctionné deux dirigeants sancerrois de dix matchs de suspension, infligeant aussi une amende au club. Mais il a aussi validé le résultat et ainsi la montée de l'US Sancerre au détriment du FC Fussy Saint-Martin Vignoux, lui aussi en course pour l'accession lors de cette dernière journée puisqu'un petit point sépare finalement les deux équipes.

« Le district a pris une demi-décision mais ne va pas au bout des choses, déplore le président Laurent Pelladoni dans les colonnes du Berry. Il y a chez nous de la colère et du dépit. Parce qu'on subit un préjudice. Ce n'était pas un match lambda, il y avait la montée en jeu. Il y a eu des sanctions individuelles mais pas pour le club. »

Sans aucun recours au niveau du District, le FC Fussy Saint-Martin Vignoux a saisi la Ligue du Centre Val de Loire afin de « prétendre à réparation du préjudice subi ». Mais cette démarche n'a que très peu de chance d'aboutir car le club du Nord de Bourges n'est pas directement concerné par la rencontre en question.

Cette histoire est tout de même une bien mauvaise publicité pour le football amateur... surtout quand les instances ne sanctionnent pas des faits de corruption avérés !



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2128
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Revue de presse

Messagepar sebovino » 19 juil. 2016 08:01

Une caisse de Sancerre pour perdre un match? Si tel est le cas, j'espère que c'est du "Pur Sang" de Dagueneau ou d'autres beaux parcellaires, parce que faut savoir tricher avec élégance et pureté quand même.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 16 août 2016 21:20

Le mildiou aurait impacté le rendement jurassien de 25%

A l’heure des derniers traitements et du début de véraison, les vignerons du Jura font le bilan d’une campagne éprouvante, mise sous rude pression sanitaire.
« On échappé aux gelées de printemps et, jusque-là, à la grêle, mais on a eu une pression de mildiou comme on en a rarement vu » résume le viticulteur Jean-Charles Tissot, qui préside le Conseil Interprofessionnel des Vins du Jura. « Ça nous remet les pendules à l’heure. On a eu quinze ans relativement faciles au niveau du climat et du contrôle des maladies » souligne-t-il, rappellant la bagarre viticole contre le mildiou, qui était de mise dans les années 1980-1990.


80 hectares vont être plantés dans le Jura, inédit depuis 40 ans !
Ayant grignoté 25 % des grappes jurassiennes (des parcelles étant touchées jusqu’à 100 %), cette pression cryptogamique disparate affectera le niveau de la récolte. Mais l’interprofession n’a pas encore arrêté de projection sur les rendements à venir. Se nourrissant de l’hétérogénéité des dégâts et de la bonne charge de certaines parcelles, les espoirs d’une production finalement moins réduite persistent. « Même si le niveau de sécheresse du mois d’août peut jouer, les vignes ont les racines au frais » plaisante Jean-Charles Tissot.
Virulence
La forte pluviométrie aura en effet marqué le millésime, poussant au développement du mildiou sur grappes avant le début de la floraison. « Il a beaucoup plu en mai et juin. Mais on a toujours eu une lucarne, pour traiter dans de bonnes conditions » souligne le viticulteur. « Malgré cela, des parcelles ont décroché. On a rarement vu ça en passant aussi régulièrement. Soit le champignon est particulièrement agressif, soit il développe des résistances… »
Malgré les nombreux traitements, le Jura va vendanger en 2016 sa cinquième petite récolte d’affilée. Actuellement la véraison est enclenchée dans le vignoble, et les derniers traitements de protection du feuillage ont lieu. Le millésime étant plutôt tardif, le ban des vendanges est attendu entre le 20 et le 25 septembre.



Avatar de l’utilisateur
ArnaudV
Site Admin
Site Admin
Messages : 1300
Enregistré le : 29 oct. 2015 17:47

Re: Revue de presse

Messagepar ArnaudV » 24 août 2016 15:55

télé : mais pourquoi boivent-elles toutes autant de vin ?
Aux États-Unis, le vin est une histoire de filles et d'émancipation. Vous ne me croyez pas ? C'est pourtant ce que les séries télévisées américaines nous montrent, de Dallas (diffusée entre 1978 et 1991) à The Good Wife (2009-2016).



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Revue de presse

Messagepar EricC » 14 sept. 2016 21:50

Bayer achète Monsanto pour 59 milliards d’euros
Le chimiste allemand Bayer a annoncé l’achat de l’entreprise le plus controversé au monde : Monsanto. Le géant des semences OGM vient d’être acquis pour 66 milliards de dollars soit 59 milliards d’euros. C’est l’acquisition la plus chère jamais réalisée par un groupe allemand. Cela faisait cinq mois que ce dernier tentait d’acquérir l’inventeur de Roundup. Bayer devient aujourd’hui le numéro un mondial à la fois des pesticides et des semences.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 16 sept. 2016 19:12

http://www.ledauphine.com/france-monde/ ... -une-mamie

Deux hommes sont soupçonnés d'avoir vendu pour 48 000 euros de vin de basse qualité à une personne âgée défaillante, au Havre (Seine-Maritime), entre 2008 et 2015.

L'arnaque est allée croissante. Quelques bouteilles au début, puis 3 700 € en 2012, 16 000 € en 2014, 17 500 € en 2015...

Au total, une dame de 92 ans, habitant Le Havre (Seine-Maritime) aurait été flouée d'environ 48 000 euros entre 2008 et 2015 par deux présumés vendeurs de - mauvais - vin.

Atteinte d'un trouble cognitif
Comme le rapporte Paris-Normandie, les deux hommes se rendaient régulièrement chez la vieille dame pour lui vendre du vin de basse qualité.

Mais les deux suspects auraient profité de la déficience de la personne âgée, qui souffrait d'un début de trouble cognitif. C'est pourquoi elle acceptait, à chaque fois, d'acheter le vin qu'on lui proposait.

Les bouteilles, vendues à prix d'or, ne coûtaient en réalité pas plus de 6 à 10 euros.

Ce n'est qu'après sept ans d'arnaque que la fille de la nonagénaire s'est rendu compte de la supercherie.

Addicts aux jeux et à l'alcool
Placés en garde à vue le 13 septembre, les deux suspects, deux Havrais de 36 et 47 ans, ont justifié leur arnaque par un besoin d'argent pour satisfaire leur addiction au jeu et à l'alcool.

Ils ont été relâchés et comparaîtront devant le tribunal du Havre en avril 2017 pour abus de faiblesse



Sont ce les mêmes personnes qui ont refourgué tout le stock de Sainte Anne à notre ami Sebovino ? :mrgreen:



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 04 oct. 2016 22:33

Pas bien compris l'intérêt ...


Son fondateur, Vincent Chevrier, qui a déjà créé le site de référence Vinexplore, entend simplifier le remboursement entre amis des bouteilles de vins grâce à un système de paiement de compte à compte, en un seul clic.
"Attendre le remboursement d’un ami à qui on achète du vin peut vite devenir une vraie galère". C’est sur ce simple constat que s’est basé Vincent Chevrier, le fondateur d’un site novateur qui risque de bouleverser les habitudes des amateurs de bons vins.

Lancé le 9 septembre dernier, le site VinoTeam permet à un acheteur de se procurer en plus grande quantité, et donc de disposer d’une réduction des prix et des frais de port, pour lui et ses amis sans se soucier du remboursement. Pour ce faire, il suffit de s’inscrire sur VinoTeam, l’acheteur et ses amis rentrent alors leurs coordonnées bancaires, et d’un simple clic le remboursement est effectué d’un compte à l’autre, sans avoir à sortir son chéquier ou son RIB.

Autre innovation: les utilisateurs disposent d’une"cave virtuelle" qui indique où se trouvent leurs bouteilles. Ils peuvent donc potentiellement les stocker chez leur ami. "Le projet répond à un besoin fréquemment constaté. Les gens ne délèguent jamais l’achat d’une voiture ou d’une maison, mais il peut leur arriver de prendre du vin pour des amis. Seulement, peu de personnes le font parce que le remboursement et le stockage deviennent vite compliqués, et ce malgré la meilleure volonté du monde. Avec ce site, ces problèmes sont résolus", explique Vincent Chevrier, lui-même grand amateur de vin et fondateur du site Vinexplore, qui permet de localiser en temps réel des dégustations de vins près de chez vous. "Je suis tellement fou du vin, que j’ai créé un site pour en goûter partout en France", s’amuse-t-il.



Un site neutre par rapport aux points de vente
"Concrètement, j’ai commandé du vin pour Fred et Léa parce que j’ai eu un bon plan. Je remplis sur le site la demande de remboursement qui leur est adressée. Tous nos comptes bancaires sont alors connectés les uns aux autres. En un clic, ils acceptent le remboursement, et je suis averti une fois que la somme a été virée sur mon compte. De plus, la liste de leurs bouteilles et leur emplacement sont indiqués. Rien de plus simple", précise ce jeune chef d’entreprise passé par l’École nationale d’administration (ENA). "Tout le monde est gagnant avec VinoTeam. L’acheteur a intérêt à acheter des bouteilles en grande quantité pour avoir des prix, et mes amis ont intérêt à me faire confiance pour en profiter", poursuit-il.
Autre avantage de ce site: il est complètement neutre par rapport aux producteurs et aux points de vente. L’acheteur est donc libre d’acheter du vin à n’importe qui, et n’importe où. Toutefois, ce service n’est pas gratuit. VinoTeam prélève une commission de 3,5% sur les remboursement effectués. "Sur une commande de 100 euros, la personne payera donc 103,5 euros. Là encore, tout le monde est gagnant car il profite du bon plan obtenu par son ami", précise Vincent Chevrier.

Objectif: 30.000 référents
Pour l’heure, le fondateur du site estime à plus d’une centaine le nombre d’inscrits sur VinoTeam. Mais il espère rapidement attirer de nouveaux utilisateurs grâce notamment au réseau de la WineTech, qui réunit les entreprises numériques liées à l’activité viticole, et qu’il a contribué à créer. Les startups de la WineTech se réuniront lors de la Fête des vendanges à l’Espace Montmartre, le 7 octobre prochain. À terme, l’objectif de Vincent Chevrier est de fidéliser 30.000 référents. Un chiffre "ambitieux mais raisonnable" pour le jeune chef d’entreprise qui estime à 5% le nombre de Français qui ont la passion du vin.

Vincent Chevrier prévoit quelques nouveautés dans les prochains mois. "Nous envisageons de créer une fonction de socialisation sur le site qui permettrait d’avertir ses amis d’un bon plan. Et à moyen terme, nous voulons développer un service de livraison des bouteilles entre amis. Cela permettra d’éviter que l’acheteur ne stocke un nombre incalculable de caisses de vins chez lui, en attendant que ses amis ne viennent les récupérer".



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vi ... z4M9OujCRK



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2128
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Revue de presse

Messagepar sebovino » 05 oct. 2016 12:20

Certes. Etude franco-française, dans un pays où la consommation de vin déglingue celle de la bière. Passif culturel...et cultural.

Curieux de lire la même étude en Allemagne.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!


Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 16 déc. 2016 17:44

Les maisons champenoises exportent de plus en plus leur savoir-faire et achètent des terres à l’étranger pour produire des « pétillants », en pleine effervescence sur le marché mondial. Au risque d’un mélange des genres  ? Notre enquête.

...


http://www.lemonde.fr/vins/article/2016/12/15/champagne-la-quete-de-nouveaux-terroirs_5049394_3527806.html



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3501
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Revue de presse

Messagepar Greg v » 18 déc. 2016 18:11

Polnareff se soigne au Trapet :mrgreen:

http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/nouvelles_revelations_compromettantes_sur_michel_polnareff_381507

Michel Polna­reff a annulé les deux derniers concerts de sa tour­née au début du mois de décembre. On appre­nait au moment des faits que l'artiste était entre la vie et la mort, hospi­ta­lisé à Neuilly, suivi par le « méde­cin des puis­sants », le docteur Siou, pour une embo­lie pulmo­naire.

Dans les jours qui ont suivi cette admis­sion à l'hôpi­tal améri­cain de Neuilly, les bulle­tins de santé, tant opti­mistes que pessi­mistes, ryth­maient le quoti­dien des rédac­tions pari­siennes. Mais alors que l'on atten­dait des nouvelles rassu­rantes sur son état de santé le week-end dernier, le Jour­nal du Dimanche avait révélé les doutes de ses produc­teurs sur la mala­die de l'Amiral. Nos confrères avaient ainsi ouvert un nouveau chapitre, judi­ciaire cette fois.

Michel Polna­reff aurait-il menti? Le JDD justi­fiait ces doutes en détaillant les soirées qui ont précé­dées les annu­la­tions. Il relayait les craintes de Gilbert Coul­lier, le produc­teur, qui affir­mait que Michel Polna­reff avait consommé de l'alcool la veille et le soir même du fameux concert, au restau­rant, et au bar de l'hôtel Penin­sula, à Paris. Trou­blant. Le chan­teur buvait-il de l'alcool deux heures avant le début de son concert prévu à la salle Pleyel?


"Je l’ai rejoint un peu plus tard au bar de l’hô­tel. Michel buvait de l’eau miné­rale”.

Pour­tant, M6 info croit tenir en sa posses­sion le ticket de caisse de cette soirée. Il appa­raît bien qu'une "eau gazeuse (à 12 euros)« a bien été comman­dée, et aussi »plusieurs autres cafés et cappuc­cino, mais aussi deux daïqui­ris (cock­tail à base de rhum), et une bouteille de vin du domaine Trapet Gevrey-Cham­ber­tin de 2011, factu­rée 210 euros, pour un total de 362 euros."



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Revue de presse

Messagepar EricC » 01 janv. 2017 16:48

Extraits d'interview d'Alain Dutournier, sur paris-bistro.com.
A propos des chefs japonais, de plus en plus nombreux à Paris :
«Bien sûr qu’il y a des Japonais merveilleux qu’on a formé, mais de nombreux jeunes chefs nippons ont peu travaillé les produits français. On leur donne la responsabilité de la cuisine dans le moindre petit bistrot à la mode. Résultat, on se retrouve avec des assiettes décorées de petits légumes et de fruits qui n’ont rien à faire ensemble. Le Japonais ne fait pas la différence entre le cru et le cuit. Le culte de la fadeur ne fait pas partie de ma culture. Sur l’Asie, il y a des grandes cuisines chinoises, vietnamiennes ou thaï, beaucoup plus significatives que la cuisine japonaise limitée à la crudité. »


Sur la mode des burgers :
«La viande hachée n’est pas de la cuisine. Le burger est une facilité pour “fourguer“ tout ce qui n’est pas net. On ne consomme que de la vache de réforme allemande “piquousée“ dans la bistronomie… Le problème des Allemands c’est qu’ils ne mangent pas de viande saignante, ils valorisent leurs “bestioles“ dans des fermes de 1000 vaches. Et c’est la France qui achète les arrières.»


Sur le foie gras :
Et de donner l’exemple du foie gras du sud-ouest où les coopératives géantes «favorisent ceux qui font du canard gavé en six jours, avec des toupies qui déversent de l’aliment qui n’a plus rien à voir avec le maïs. Alors que si on mange un foie gras venant d’une zone précise avec un maïs poussé dans le même climat on peut identifier son origine, de Chalosse, du Gers ou du Périgord. Ces foies (industriels), c’est hérétique. C’est gras, ça sent le viscère et la plume et c’est le goût que les gens attribuent au foie gras»




Retourner vers « Divers »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Recherche


Recherche avancée

Connexion