Webovino
Le forum qui a du nez
Comment fait on un truc aussi bon ?
Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3503
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

A propos du vin nature

Messagepar Greg v » 11 févr. 2016 19:54

Vins naturels, vins nature : retrouvons le goût originel du vin


De plus en plus présents chez les cavistes, les restaurants branchés et étoilés, les vins naturels, (nature ou vivants) sont des termes similaires qui désignent un produit supérieur dans son approche respectueuse de l’environnement. En effet, là où un vin bio suit une législation pleine de compromis, le vin naturel va plus loin et nous certifie un vin vinifié de façon naturelle. Rien n’est ajouté lors de la fermentation pour aider le vin à exprimer ses arômes, pas même le précieux sulfite. Qu’on se le dise d’emblée : on ne peut pas faire de vin naturel sans raisins biologiques, mais avec des raisins biologiques, on peut faire du vin industriel.

Définition :

Il n’existe pas encore aujourd'hui de définition précise de ce qu’est un vin naturel. Cela tient notamment à la personnalité des vignerons qui s’en réclament. Ils n’aiment pas les règles. Patrick Bötcher, organisateur du Salon « Vini Birri Ribelli » les appelle dès lors des vins et vignerons « rebelles ».

Il existe une association née en 2005 regroupant 60 vignerons, l’association des vins naturels (AVN). Elle propose cette définition du vin naturel :

« C’est une pratique culturale qui respecte obligatoirement la démarche de l’agriculture biologique ou biodynamique, labellisée ou certifiée. Les vendanges sont manuelles. Seules les levures indigènes [comprenez présentes dans le fruit] dirigent la vinification. Il n’y a pas de modification volontaire de la constitution originelle du raisin, et donc pas de recours à des techniques physiques brutales et traumatisantes».

Explication : Bio dans la vigne et intervention minimale lors de la vinification

Les vignerons naturels refusent donc les désherbants, les pesticides, l’engrais, les insecticides dans les vignes, et ensuite ils n’influencent pas la fermentation en cuve à coups de sucre, levures industrielles et sulfites. Pour compenser ces intrants classiques, les vignerons doivent rester très attentifs à chaque étape du processus : analyse de la richesse en sucres du raisin, vérification du pH dans le moût pour favoriser les bonnes bactéries, stabilisation du vin en conservant le gaz carbonique. Les vins naturels prônent un filtrage minimum pour garder le goût et la couleur authentique du vin.

Chacun y va de sa technique, car il n’existe aujourd’hui aucune charte contraignante pour aucune certification officielle. Le vin naturel est le fruit d’une philosophie qui prône un retour à un goût originel et un artisanat à retrouver. Ainsi, dans son livre « Manifeste pour le Vin Naturel », Antonin Iommi-Amunategui souligne qu’il existe un mouvement anti-industriel derrière la démarche du vin nature, mettant en avant un produit qui est le vrai résultat de son terroir « qui respecte son origine et son millésime ».

Le résultat de cette démarche donne un vin au goût surprenant, léger et frais. Sans produits ajoutés, il paraît plus sain, plus digestible. Ce vin parfaitement écolo s’inscrit dans la veine de l’agriculture biologique, dans la tendance du “sans” (“sans gluten”, “sans conservateur”,… ), et réjouit les mouvements qui prônent un retour à la nature.

Cependant, le concept a ses faiblesses. Sans conservateurs, le vin est fragile. Il résiste plus difficilement au transport et à la conservation car il est très sensible. C’est aussi une entreprise risquée. Un vin nature n’aura pas nécessairement le même goût d’une année à l’autre : pas facile de fidéliser les consommateurs. Enfin, si on ajoute à cela des cuvées limitées à de petites quantités (le rendement est plus faible) et un travail plus méticuleux dans les vignes et dans la cave, les coûts de production augmentent.

Conclusion :

Au départ, les vins naturels ont souffert d’une image négative à cause de vignerons pensants que faire des vins naturels, c’était de ne rien faire pendant la vinification. Aujourd’hui au contraire, les vignerons qui travaillent en naturel, sont méticuleux, ont un respect total de l’hygiène et une grande connaissance des processus de production car ils ne peuvent se rattraper avec des produits chimiques correcteurs. La grande majorité propose des vins séduisants et on y trouve pour tous les goûts, classiques comme originaux. Les vins naturels remettent l’authenticité au centre du vin, effet millésime, influence du vigneron, influence du terroir. Il est une des meilleures façons de redécouvrir le vin sous sa forme la plus authentique.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2131
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: A propos du vin nature

Messagepar sebovino » 18 févr. 2016 10:08

ITW - Télérama / J.Nossiter&Antonin Iommi-Amunategui

Extrait:

Et pourquoi diable le vin naturel offrirait-il des ivresses différentes ?

J.N. (Jonathan Nossiter): C'est chimique ! L'autre jour, je participais à un débat avec Claude et Lydia Bourguignon, qui sont un peu les parrains de ce mouvement. Ils sont parmi les seuls agronomes complètement libres car à la tête du seul laboratoire indépendant des influences de l'industrie agrochimique. Ils ont quitté l'INRA il y a trente ans en déplorant que toutes les étude étaient sponsorisées par une multinationale ayant des intérêts économiques dans le sujet qu'elle finançait. Lors du débat, un spectateur ne voulait pas boire de vin car il devait travailler le soir, et Lydia lui a dit : « Buvez donc, vous travaillerez mieux ! ». J'ai alors demandé à Claude et Lydia s'il y avait une explication physiologique à cette impression empirique que j'ai depuis une dizaine d'années que je bois du vin naturel : je m'enivre sans jamais devenir saoul. Leur réponse a été claire. Avec un vin chimique, les enzymes qui transforment l'éthanol dans le foie sont affaiblis. Avec un vin naturel, sans chimie donc sans poison, le foie parvient à métaboliser l'alcool plus vite et la sensation d'ivresse est retardée



La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3503
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: A propos du vin nature

Messagepar Greg v » 18 févr. 2016 10:12

C'est une perle cette réponse. Ou comment discréditer les défenseurs du vin naturel.




Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2131
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: A propos du vin nature

Messagepar sebovino » 18 févr. 2016 11:11

EricC a écrit :Zyva l'ot y'm'plagie là !
http://webovino.com/forum/viewtopic.php?f=39&t=599&p=2822#p2822


LOL-MDR-PTDR :D :lol: :mrgreen: (rires) hihihi ahahah.
Chacun prendra le rire qui lui convient.

Attention un train peut en cacher un autre.

Mille excuses, c'est bien naturel.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3503
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: A propos du vin nature

Messagepar Greg v » 23 févr. 2016 20:13

Vin naturel et réglementation, la question qui agite les bouteilles

Le vin naturel n’a jamais été autant dans l’actualité. Et le débat s’élève, enfin. C’est désormais acté, il est loin d’être une lubie confidentielle, on commence à entrevoir des articles sur ce type de vin dans la très institutionnelle Revue des Vins de France.

Pourtant, aucun cahier des charges n’existe à ce jour, et les vignerons produisant du vin naturel n’ont pas l’autorisation d’apposer un quelconque logo sur leur étiquette.

On l’a pourtant appris il y a peu, l’INAO (Institut national de l’origine et la qualité) envisage de réglementer cette dénomination. Les pourparlers vont bon train. L’Association des Vins Naturels (AVN) est née en 2011 et compte désormais 50 vignerons. La charte de l’AVN semble claire et l’Institut de l’Origine et de la Qualité pourrait bien se baser dessus :

Le vin naturel, est issu de vignobles cultivés en bio ou en biodynamie. Les vendanges sont obligatoirement manuelles. Seules les levures indigènes sont autorisées pour la vinification, en revanche aucune des techniques à même de modifier le travail du raisin n’est autorisée.
Et enfin, le viticulteur n’a pas le droit d’ajouter d’intrants, seules des doses légères de sulfites (produites en partie naturellement lors de la fermentation) peuvent être tolérées, jusqu’à 20/30mg par litre en général.


(...)



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: A propos du vin nature

Messagepar EricC » 28 févr. 2016 12:13

Le vin nature lâché dans la nature, sur le blog d'Isabelle et Bruno Perraud (domaine des Côtes de la Molière) :
L’AVN (l’Association des Vins Naturels) travaille depuis longtemps sur ce sujet, pour une reconnaissance des vins naturels. Vraiment.

T’es pour?
T’es contre?
Tu t’en fiche?

Soit disant que le terme « nature » ou « naturel » serait galvaudé.
C’est pas faux.
Bon alors, le vin naturel, ça dérange qui?
Apparemment, d’après ce que j’ai pu lire, ça dérangerait les vignerons conventionnels:
« Cette pratique qui donne des vins souvent typés, fruités, écarte l’immense majorité des procédés traditionnels de vinification. Elle est parfois mal perçue par les vignerons conventionnels car l’appellation « naturels » sous-entend que les autres ne le sont pas. » extrait de l’article du Figaro.fr

Si je comprends bien, on essaie de savoir ce que les vignerons natures ne mettent pas dans leur vins ?



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1608
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: A propos du vin nature

Messagepar EricC » 28 févr. 2016 12:22

Label vin 'naturel': quand on veut, on peut ! chez Vincent Pousson :
La récente ouverture d'une procédure, en France, pour tenter de certifier le vin nature a comme prévu suscité des débats enflammés dans le microcosme concerné. Sans surprise, les purs et durs tricolores sont contre cette démarche*. Pour de multiples raisons. Certaines qu'on peut comprendre (la crédibilité défaillante de l'INAO), d'autre plus fumeuses tournant davantage autour du côté "on est libre, on est jeune, on est une bande de potes" qui, avouons-le, se fout un peu de la gueule du consommateur. Sans parler de ceux qui n'ont pas les cuisses propres ou des obscurantistes revendiqués (cousins putatifs de ceux qui pensent que les règles féminines font tourner le vin?) pour lesquels toute analyse scientifique, forcément diabolique, est à proscrire.
(...)
Mais certifier comment, me direz-vous, puisque cette certification n'en est actuellement qu'au stade des préliminaires à l'INAO, et qu'on le sait, cette institution adore les longs préliminaires? Eh bien tout simplement par le biais d'une réglementation existante, celle des États-Unis. Cela fait plusieurs années que les vins bio y sont divisés en quatre catégories distinctes et clairement identifiées sans que ce soit la fin du Monde: 100% Organic, Organic, Made with Organic Ingredients et Some Organic Ingredients. La catégorie qui nous concerne ici, c'est le 100% Organic, ce que nous appelons en France les vins nature, ou naturels. Pas de SO2, pas d'intrants et, ça va de soi, une viticulture bio.




Retourner vers « Oenologie, méthodes culturales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion