Webovino
Le forum qui a du nez
De l'aveugle, de l'éclectisme, du comparatif, du plaisir , des notes et du jeu
Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2517
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Grosse Dégustation 2013

Messagepar sebovino » 24 janv. 2019 18:29

Sans aucune prise de note, j'avais l'âme vagabonde, rapidement pompette due à une abstinence de 10 jours au préalable, je me suis laissé porté par mes sensations et j'avoue avoir été perdu sur pas mal de vins...Analyse peu pointue mais vous aurez l'essentiel de mon ressenti à un instant T.

Bulles :

Boulard, Mailly Grand Cru

Rond, gras, une bulle précise et élégante, des arômes bien mûrs, une belle longueur avec ce qu'il faut d'acidité. Vin très agréable. Un champagne d'équilibre où tout est en place. 

Agrapart, Minéral 2004

Nez assez réduit, discret. Un nez austère.
En bouche, il se présente de la même manière. Après le Boulard, il n'est pas en position de force. Plus minéral, en tout cas moins intense aromatiquement, il laisse un goût d'inachevé. A remettre dans le contexte d'une dégustation à 3 champagnes. Enclavé entre le premier et surtout le Selosse, il a dû mal à me transporter. 

Selosse V.O (deg 2008)

Nez intense de fruits très mûrs, j'aime. Notes oxydatives.
Bouche ronde, opulente, puissante, c'est très vineux, beaucoup de matière, avec un toucher de bouche soyeux porté par un fine acidité qui fait office de condiment, ça relève le vin en bouche. Très beau!
Revenir sur l'Agrapart après quelques gorgées du Selosse est un véritable massacre pour le premier.

Blancs :

Ganevat, Florine 2009

Ouvert juste avant le repas, avec un dégazage énergique.

Je suis passé à côté de ce vin.
Nez peu disert, il fait montre d'une certaine gourmandise, souplesse.
La bouche est du même acabit. Du gras, un certain volume, pas assez d'acidité à mon goût, une longue moyenne, une persistance honorable. Peut-être est-il dans une phase ingrate. Je suis déçu. Il reste agréable sans défauts, mais j'en attendais beaucoup plus eu égard à la dernière bouteille que j'avais dégusté.

Lorenzon, Mercurey 1er cru Champs-Martin 2010 blanc

Souvenir assez flou de cette bouteille, de mémoire, je l'ai bien aimé, il m'a semblé rond, beurré, avec un boisé de qualité et des arômes agréables. La trame est équilibrée et la robe est d'une pâleur amusante comparée aux 3 autres blancs beaucoup plus jaunes soutenus. Bon vin.

Bellegarde (jurançon sec) Selection 2008


Un de mes coups de coeur. Nez expressif, intense sur des fruits frais plutôt exotiques. La bouche est pleine avec un volume réconfortant soulignée par une très belle acidité qui allonge le vin. Horizontale et verticale ( chose assez rare à mon goût pour être soulignée ) avec des arômes intenses et une belle persistance. Super vin qui apporte un plaisir immédiat.

AC LEFLAIVE Batard-Montrachet 2004

L'une des starlettes de la soirée. On part direct sur un nez hyper réduit et explosif sur le soufre, l'allumette frottée, on sent une force, une boule d'énergie qui ne demande qu'à exploser ( mais quand?). Avec ce nez, mon premier sentiment est qu'on est sur un style jurassien à la Tissot la "Mailloche"). Tiens, tiens, lors du dernier BDE 3, beaucoup et pas des moindres, sont partis sur cette même "Mailloche" quand ils ont mis en bouche les "Pucelles" 2005 de Leflaive. A mon tour, je fais la faute. Intéressant.

La bouche est hyper puissante avec une matière qui me fait dire qu'on est pas sur un village . Mais le vin est encore sur la réserve. Bu trop tôt. Je ne sais pas quoi penser si ce n'est vouloir le revoir dans 5 ans.  

Ma concubine ne l'a pas aimé du tout, ressentant des arômes d'amidon.

Rouges :

L'Ancestra, Beaujolais, Porc Tout Gai 2007 :

Il fallait le trouver le Gamay là!! J'ai plutôt apprécié ce petit vin sans prétention, assez trouble, avec des arômes expressifs et évolués. Souple, facile.

Arlaud Morey 1er cru "Les blanchards" 2007 :

Peu de souvenirs précis, Des fruits rouges et des épices au nez, de l'élégance, de l'équilibre et un très beau toucher de bouche. J'ai beaucoup aimé.

Leroy - Clos Vougeot 1998 :

Je commençais à fatiguer, malheureusement. Mon unique souvenir est que j'aimerais en boire à nouveau .

Ma concubine a adoré ce vin. Son coup de coeur avec Le Champagne Selosse. 

Clos Puy Arnaud 2005

Je pars direct sur le Languedoc ou Rhône Nord. Avec un nez limite Syrah, explosif sur les épices. En bouche est gras, rond et doté d'une belle fraîcheur. C'est très bon! Plus en rondeur, en onctuosité que les deux Pinots noirs qui ont plus de race et de droiture mais non dépourvu de finesse d'ensemble et d'équilibre.

Jean Baptiste Sénat - Bois des Merveilles 2010

Aéré par le goulot la veille au soir, puis carafé 2-3h avant le repas. Température de service nickel, pas de coup de chaud

Lorsque j'ai ouvert la bouteille, ma concubine et moi avons été séduit par ce côté sanguin, volcanique, minéral. Encore très jeune mais avec de la fraîcheur et des saveurs très intéressantes.

Lors du repas, en fin de repas, il est bon de le préciser, sa force, sa réduction, sa timidité aromatique lui ont été sinon fatale au moins peu flatteur. Un style puissant, avec de la matière, des fruits noirs sur la réserve et une belle finale. A revoir dans quelques années, le temps lui sera à coup sûr grandement bénéfique. Sur une dégustation d'une dizaine de vins, il a été plus compliqué à appréhender. Dans quelques années avec une belle pièce de viande, il sera délicieux.

Clos Marie - Simon 2008

Egalement puissant, assez concentré, peut être plus ouvert et séduisant à ce jour. Il se goûtait mieux. Pas le même millésime non plus! Plus précoce en terme de plaisir que 2010. Joli vin

Sucrettes :

Ancienne Cure - 2004

Robe évoluée, façon Rivesaltes. Nez expressif, Bouche pleine, épaisse avec un excès de lourdeur à mon goût, manque d'acidité et d'allonge. Vin agréable au demeurant.

Souch - Marie Kattalin 2010

Si le 2011 était aérien et gourmand, tendu et équilibré, en un mot splendide; ce 2010 est dans un autre registre. Moins séduisant, moins gourmand, il propose une structure plus austère, avec des arômes moins lisibles, précis et intenses. Il reste aérien et mérite d'être revu calmement. Petite déception tout de même.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Retourner vers « Dégustations thématiques de vins »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion