Webovino
Le forum qui a du nez
De l'aveugle, de l'éclectisme, du comparatif, du plaisir , des notes et du jeu
Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar Greg v » 14 mai 2017 22:21

Image

Champagne Lacourte-Godbillon premier cru, Blanc de sables, base 2012
André Moingeon, Saint Aubin 1er cru Sur Gamay 2015
Alain Gras, Saint Romain 2014

Jean-Claude Lapalu - Brouilly, cuvée des fous 2014
Domaine Vaïsse - L'Aphillante 2013
Domaine Bart - Fixin Les Hervelets 2005
Domaine Hauvette Améthyste 2009
Château des Tours Vacqueyras 2006
Domaine Richaud L'ebrescade 1998

François Villard - Viognier doux 2012
Bodrog - Tokaj 5 put 2010



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar Greg v » 14 mai 2017 23:07

CR à suivre, mais d'ores et déjà on peut dire que tout était bon à très bon, sauf à mon goût le viognier qui ressemblait à un Gewurtz plat de chez plat.

Champagne fin, élégant, tendu.

Saint Aubin riche, mûr, pas en place, mais prometteur.

Saint Romain tout à fait dans mon style : grillé, minéral et très tendu.

Le Lapalu n'est pas le plus grand vin, mais quelle buvabilité hors norme ! un jus de fruit à boire au goulot.

Vaïsse très belle surprise. Assurément un domaine à étudier de près.

Hervelets 2005 qu'on a tous placé dans le sud ... mais qu'on a trouvé très très bon !

Hauvette frais, salin, élégant.

La château des Tours : moi qui croyait que je n'aimais pas le Vacqueyras du domaine, et bien ce fut mon rouge préféré (17/20). Certes, on est toujours dans un style très reconnaissable, mais je ne m'en suis pas encore lassé. Et c'est déjà très complexe.

Le Richaud m'a semblé en dessous des autres, moins facile, encore relativement tannique et un peu asséchant. Mais il a d'autres qualités et c'est bon tout de même.

Villard : bof, bof : floral, plat.

Tokaj : exotique et tendu : parfait sur le Stilton.



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar EricC » 16 mai 2017 00:16

Merci à tous pour cet après-midi, c'était bien sympa ! Belle sélection de vins, cuistot au top, table de ping-pong juste un peu courte dès que je frappe mes coups droits.
En "aveugle rapide" l'option chardonnay permettait de scorer sur les blancs, par contre sur les rouges ça a été (beaucoup) plus compliqué.
Des 3 blancs c'est peut-être le Champagne que j'ai préféré pour son équilibre, par rapport à un St-Aubin 2015 un peu trop "riche", et inversement un St-Romain au grillé encore trop marqué à mon goût.
En rouge, coup de coeur pour Vaïsse. Je mettrais ensuite au même niveau Hervelets, très bon même si ça ne correspond pas forcément à ce que j'attends d'un pinot noir, et Hauvette pour son équilibre. Encore un petit cran derrière, les deux R...aud du Rhône sud, avec deux expressions diamétralement opposées du grenache. Pour finir, le Lapalu un brin trop végétal à mon goût, mais je dois reconnaître que ça reste un bon vin et ça se boit très facilement (plus que le Richaud assurément).
Dans les liquoreux, Tokaji montre encore que même un "petit vin" est au niveau de bien des liquoreux français, et le viognier que ... ben ... même chez un vigneron qui sait en obtenir une certaine tension en sec, ça reste quand même un cépage vite pataud quand c'est bien mûr.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar sebovino » 17 mai 2017 10:11

Rapide, j'y reviendrai:

Champagne: Une référence en terme de rapport plaisir/salivation/précision/vinosité
Les 2 blancs secs: RAS, bien faits, à la "papa tradi", marqués par des élevages jeunes et appuyés, vins de plats.

Brouilly de Lapalu, Fixin de Bart et Hauvette et Vacqueyras de Reynaud au-dessus du lot.
Richaud et Vaisse ne tolérant aucune température trop élevée.

Viognier de Villard. Tout comme Éric. Le sucre sans l'acidité c'est comme un parapluie sans pluie, ça fatigue.

Bodrog Tokaj. Intime sensation que l'acidité du cépage furmint fait qu'il est impossible de rater son tokaj. 15€ au Leclerc, importation bordelaise.

SUPERBE AGNEAU DE 11H AVEC SES PETITES PÂTES MIGNONNES EN BILLE PARFAITS AVEC LES ROUGES.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
ArnaudV
Site Admin
Site Admin
Messages : 1292
Enregistré le : 29 oct. 2015 17:47

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar ArnaudV » 17 mai 2017 13:13

sebovino a écrit :Brouilly de Lapalu, Fixin de Bart et Hauvette et Vacqueyras de Reynaud au-dessus du lot.
Richaud et Vaisse ne tolérant aucune température trop élevée.

Je ne partage pas ce ressenti.

Pour moi Vaisse était au dessus du lot. Et pour ce qui est de la température, je n'ai pas remarqué ce dont tu parles mais les conditions de dégustation étaient pas forcément idéales. Nous avons mangé dehors et les verres étaient en pleins soleil. A ce moment là nous n'avions pas encore déployé le parasol.

Le fixin de bart m'a vraiment beaucoup plu. Et contrairement à Eric c'est ce que j'attends du Pinot (me plaire) ;).

J'ai beaucoup aimé Améthyste de Hauvette, l'aromatique et la texture me transportent à chaque fois.

Les 2 vins qui m'ont le plus déçu sont le Vacqueyras 2006 de Reynaud ainsi que le L'Ebrescade 98.
Je suis déçu car mes dernières expériences de Vacqueyras 2006 de Reynaud était bien supérieure. Je n'avais pas relevé cette chaleur excessive.
L'Ebrescade m'a semblé trop évolué, trop fatigué, sans émotion, contrairement au dernier 2006 que j'ai bu que j'avais trouvé assez exceptionnel.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar sebovino » 17 mai 2017 15:27

Je précise que je suis en quête de mon propre goût. Il est heureusement en évolution constante. Ce que j'aimais il y a 20 ans n'est plus et ce que j'aime aujourd'hui ne sera plus, tout ou partie, demain. Ce que j'aime aujourd'hui peut m'enthousiasmer, et je dis "peut" car le pervers encrage gustatif peut nous faire croire que l'on aime alors que nous sommes tout simplement habitués à tel arôme ou tel équilibre, comme un plat de pâtes ultra salé...Être capable de ce désencrage permettrait de s'ouvrir à d'autres définitions esthétiques, équilibres et ne plus croire que le seul grand vin est celui que l'on a toujours établi comme tel.

Sans prises de notes. Dommage.

Champagne Lacourte-Godbillon premier cru, Blanc de sables, base 2012

Hors considération tarifaire. Deuxième rencontre avec ce vin en peu de temps. Premier vin de la dégusation, évidemment ça l'aide.

J'ai toujours pensé qu'un bon champagne méritait une vrai aération d"une heure en carafe ou plus en bouteille, afin qu'il gagne en épaisseur, précision de bulles et expression aromatique.

Ce Champagne nous offre une vraie fraîcheur salivante, sur une finale fruitée jaunes, agrumes. L'ensemble est long, dynamique, a ce qu'il faut de gras. Elégant, sec et consensuel dans le bon sens. Du plaisir à l'état "pur".

André Moingeon, Saint Aubin 1er cru Sur Gamay 2015

Vin schizophrène. Son élevage grillé, presque café/brûlé assorti d'une tension en fin de bouche, tranche avec certains arômes floraux mûrs et intense que l'on pourrait presque placer plus au sud. L'ensemble est plein, au juste gras. Un vin très classique, qui est bon, mais qui n'apporte pas de surprise ni d'"émotion gustative" particulière. Vin qui je vois à table sur des viandes blanches.

Alain Gras, Saint Romain 2014

Un peu le même sentiment qu'avec Moingeon. L'élevage prédomine et devra se fondre. Traditionnel, ancienne école. C'est cadré mais ça manque de fruits, d'explosion. Ca reste bon!!

Jean-Claude Lapalu - Brouilly, cuvée des fous 2014

A mon sens, l'un des vins de la journée. Une authenticité de fruit énorme. Ca explose, c'est frais, puissant, délié. Alors certes, à l'aération les arômes oxydatifs des vins non protégés se font subtilement sentir. Mais quel plaisir et quel vin de saveurs!!!! Grand vin nature. Grand vin tout court?

Domaine Bart - Fixin Les Hervelets 2005

Également pris beaucoup de plaisir sur ce vin ouvert, aux relents de vieux granche agrumés. La robe est claire, l'ensemble salivant, fruité et frais.

Domaine Hauvette Améthyste 2009

Idem. Agrumes, tanins plus consistants, de la mâche et beaucoup de fraîcheur pour ce vin long et savoureux.

Domaine Vaïsse - L'Aphillante 2013

Un très beau Mourvèdre, aux tanins très fins. Je remarque que l'augmentation de la température du verre lui fait perdre sa race et sa droiture. En tout cas, le Vaisse maîtrise l'extraction de ce cépage pas si facile, le rendant patiné et agréable en jeunesse. Belle longueur. Manque encore d'ouverture aromatique.

Château des Tours Vacqueyras 2006

J'ai le souvenir d'un vin pas si capiteux que ça et même plutôt équilibré avec cette touche aromatique classique des vins de Reynaud. C'est bon.

Domaine Richaud L'ebrescade 1998
Moins facile, moins frais. Servi en fin de serie. Manque de lisibilité, peu aérien, un vrai vin sudiste qui n'en demeure pas moins agréable...mais en hivers.


François Villard - Viognier doux 2012

Une aromatique qui vous embarque entre le Rhône et l'Alsace et vous débarque définitivement à quai...pour aller à la piscine vous rafraîchir. Le sucre balaye tout et les arômes floraux seraient bien plus à leur place dans un jardin. Sans bibi.

Bodrog - Tokaj 5 put 2010

Petit vin étranger de Grande Surface, acheté par le seul moi année après année. Et bien, ce petit hongrois tient son rang de vin des rois. Enfin pas celui-ci; mais il reste fidèle à ses grands-frères. Frais, tonique, avec une liqueur exotique bien mûr. Un vin à acheter si l'on veut ne pas se tromper.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar Greg v » 18 mai 2017 22:25

Champagne Lacourte-Godbillon premier cru, Blanc de sables, base 2012

Nez citronné, floral, crayeux
Bouche : bulle très fine. L'ensemble est fin, tendu, salivant
16/20

André Moingeon, Saint Aubin 1er cru Sur Gamay 2015

Nez boisé, floral, pierreux, notes de noisette. Il lui faut pas mal d'aération pour que le boisé s'estompe et devienne acceptable.
Bouche pas encore en place, qui part dans tous les sens mais se met en place après aération. C'est assez puissant et riche, avec une belle amertume et des notes pierreuses qui arrivent en finale.

C'est beaucoup trop jeune et actuellement pas en place, mais je lui vois un bel avenir. D'ailleurs après pas mal d'aération il est très bon.
15/20 à l'ouverture, mais plus proche de mon opinion habituelle sur ce vin après aération.


Alain Gras, Saint Romain 2014

Pas le même avis que les autres.
Le nez est certes assez monolithique, grillé, minéral. Mais j'aime
La bouche surtout me plaît énormément : incisive, tendue, sur des notes grillées minérales. C'est tendu et droit comme j'aime.
16+/20


Jean-Claude Lapalu - Brouilly, cuvée des fous 2014

Nez sur la fraise écrasée, le poivre, un peu d'agrumes et végétal. Réglisse.
La bouche est un jus de fruits, ni plus ni moins, avec un toucher de bouche très agréable. On peut le boire sans soif, au goulot.
Ce n'est pas un grand vin, mais c'est un énorme plaisir.
Comment noter ? 15,5/20 objectivement, mais 19/20 en torchabilité

Domaine Vaïsse - L'Aphillante 2013

Nez curieux, qui est dominé par des notes de cumin et de clou de girofle
Bouche avec un joli toucher, de l'acidité, des notes poivrées, épicées. L'élevage reste perceptible.
C'est très bon !
16/20

Domaine Bart - Fixin Les Hervelets 2005

Nez fraise écrasée, un peu d'évolution et un poil de volatile
Bouche fraiche, délicate, avec de la tension et une finale minérale.
Très bon !!
16,5/20

Domaine Hauvette Améthyste 2009

Nez viandeux, cuir, quetsche, coca
Bouche : souple, ronde, assez fraîche.
C'est bon !
16/20

Château des Tours Vacqueyras 2006

Nez cerise, prune, laurier, agrumes, sanguin, fumé
Bouche à la Reynaud, très souple, mûre, avec une fine amertume.
J'ai adoré alors que les rares fois où j'ai bu du Vacqueyras du CdT je n'ai pas forcément apprécié. 17/20

Domaine Richaud L'ebrescade 1998

Fruits noirs, épices, notes de rafle.
La bouche est tannique et anguleuse. Finale minérale.
Bien mais peu de plaisir.
15-/20

François Villard - Viognier doux 2012

Nez floral, rose, fait très gewurtz. En bouche ça tombe à plat. L'absence totale d'acidité rend le vin mou et inintéressant.
13,5/20

Bodrog - Tokaj 5 put 2010

Tout l'inverse, c'est exotique, avec un belle acidité qui rend le vin très appétant. Beau compagnon des fromages anglais.
15,5+/20



Avatar de l’utilisateur
ArnaudV
Site Admin
Site Admin
Messages : 1292
Enregistré le : 29 oct. 2015 17:47

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar ArnaudV » 18 mai 2017 22:37

Greg v a écrit :Domaine Vaïsse - L'Aphillante 2013

Nez curieux, qui est dominé par des notes de cumin et de clou de girofle
Bouche avec un joli toucher, de l'acidité, des notes poivrées, épicées. L'élevage reste perceptible.
C'est très bon !
16/20


Je trouve tes notes très sévères d'autant plus sur L'Aphillante. Je le noterais plus haut pour ma part.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar Greg v » 18 mai 2017 22:46

Possible. Il est vrai que ça m'a beaucoup plu.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar sebovino » 19 mai 2017 09:47

En quoi, sur qui, les notes de Greg sont "sévères"? Un développement m'intéresserait :)

Je m'interroge sur les convenances et habitudes. Lapalu est-il un moins bon vigneron que Vaisse. L'expression de son gamay nature est-elle inférieure au traditionnel mourvèdre de Vaisse? Un 19/20 en plaisir, corrolé à une maitrise de la vinification évidente est-il condamné d'avance face à un vin plus classique et qui objectivement n'offre pas,plus, sinon moins de qualité d'intensité, d'ouverture, de fruit, de saveurs?


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar Greg v » 19 mai 2017 10:48

Noter objectivement c'est selon moi prendre en compte la structure, la complexité, la longueur. On ne peut pas forcément dire que de ce point de vue le Lapallu était un grand vin. Pour autant le plaisir était grand.

C'est un peu comme comparer un plat dans un 3 étoiles et un super sandwich aux rillettes. On peut prendre son pied avec un super sandwich aux rillettes.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Dégustation Webovino du 14 mai 2017

Messagepar sebovino » 19 mai 2017 14:06

Comparer La Cuvée des Fous 14 de Lapalu à un dwich rillette, c'est osé. :) Et d'ailleurs, un grand sandwich, avec un grand pain, de la grande rillette et les produits en plus qui conviennent est un exercice sur lequel beaucoup se planteraient.

Structure: Qu'entendons-nous par structure? De la matière, un toucher de bouche charpenté, des tanins perceptibles et denses? Parce que le Lapalu, je l'ai trouvé structuré, de très belle structure d'ailleurs, avec une exctraction très élégante et du volume.

Complexité: Est complexe un vin qui a plusieurs arômes: 2-3. Le Lapalu avait beaucoup de fruits rouges, du fruit noir, des agrumes, des épices, voire des fleurs. Le Vaïsse avait plus d'épices boisées, des fruits noirs, du cuir si ma mémoire est bonne.

La complexité, ils en avaient. Mais quid de la précision aromatique, de l'intensité, de la qualité des arômes?

Longueur: Ni Vaisse ni Lapalu m'ont semblé court ou décevant.

Question: Lapalu est sur de beaux terroirs granitiques, à de petits rendements, de très vieilles vignes, n'utilise que très peu de sulfites ( ingrédient qui a priori bloque les arômes et surement la sensation d'allonge), est en bio et fait tout pour faire un vin "droit" selon ses dires.

Alors comment ceux qui ont des rendements beaucoup plus importants, qui utilisent plus de sulfites font pour voir plus de longueur? Y-a-t-il des produits (levures et autres, type d'élevage) qui permettent une sensation de longueur importante? Si tel est le cas, est-il crédible pour qui veut faire du grand vin d'opérer ainsi?

En cuisine, on peut mettre des exhausteurs de goûts, des épaississants...le plat sera-t-il plus grand qu'un plat "simple" d'apparence mais qui sera issu d'un savoir faire monstre?


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!


Retourner vers « Dégustations thématiques de vins »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Recherche


Recherche avancée

Connexion