Webovino
Le forum qui a du nez
De l'aveugle, de l'éclectisme, du comparatif, du plaisir , des notes et du jeu
Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2397
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Dégustation 2012 - 1er Salon Bouzy-Rosé des Riceys

Messagepar sebovino » 04 mars 2017 22:39

Splendide dégustation professionnelle et premier salon des vins de Bouzy et des Riceys organisés par des vignerons aussi généreux que talentueux. Un évènement majeur pour tout amateur curieux et emprunt d'une autre définition du pinot noir et des rosés.

Datant de 2012, je regrette que ce superbe salon n'ait pas été reconduit. Je vous laisse lire les millésimes qui ont été proposés à la dégustation. Ce n'est pas Jacques Dupont, aussi sérieux, concentré qu'au centre des attentions ( au sens propre comme au figuré, suffisait de le voir avec son ordinateur, au centre de la salle, recevant vignerons après vignerons tel un confessionnal de la bonne note ) qui me contredira. Une formation accélérée en pinot noir champenois...

Bouzy:

Alfred Tritant

1947: magnifique couleur, attaque perlante, matière un peu molle mais belle finesse, c'est plutot bon avec une belle persistance

2008: trop chaud à la dégustation et charcuterie venant biaiser le goût .

Barnault / philippe&laurette Secondé

2002: nez cassis/myrtille très prononcé, de la fraîcheur et du soyeux. Plutôt à son aise sur de la charcuterie, chose rare, à mon sens,à souligner.

1964: Nez dense et serré, sous/bois, café. Bel équilibre, tout en nuance, un vin doté d'une belle matière et d'une fraîcheur très agréable.

Belle maison.

Baron Dauvergne

2009: (pas de fût) Un nez qui fait penser à un beaujolais, sur le fruit, sans prétention, peu complexe, la bouche est un peu chaude.

2011: (100%fût neuf) la robe est plus claire, la bouche est incroyable d'intensité sur le bonbon anglais, le bois est parfaitement intégré. Un vin très séducteur, persistant avec une petite finale vanillée.

1996: Un peu chaud, vin qui ne m'a pas emballé en l'état.

Benoît Lahaye

2009: Belle brillance, limpide, rouge grenat soutenu. Le nez est croquant, frais,fruité sur la framboise. Les tanins sont présents, la matière importante. Beau toucher de bouche gras et soyeux. A l'aveugle, j'aurais été incapable de le situer à Bouzy.

1982: Belle robe tuilée, brillante, limpide, peu de matière. En bouche, un côté mentholé, orange. Texture soyeuse, crémeuse. Il manque un peu de puissance et de longueur.

Brice

2009: Très belle acidité, les tanins sont bien présents. J'ai trouvé la finale problématique, terreuse. Après un peu d'aération, ce « défaut » disparaît. 18 euros.

1942: Pour l'anecdote, son bouchon est un bouchon de champagne retaillé pour l'occasion. Pénurie de bouchon de l'après guerre. Le nez est sur le café et le cassis. La bouche est identique au nez, belle finesse. Il me fait penser à certains merlot évolués de la rive droite bordelaise (Graves de Vayres). Absence de tanins. Vin bluffant.

Camille Saves

2004: pas de levurage. Le nez est discret et sur le fruit, la bouche est fine, équilibrée, sans prétention, peu de matière mais agréable.

1947: Nez très expressif, sous/bois, mentholé, café, très belle fraîcheur, il me fait penser à certains vieux Rhône Sud. 2 bouteilles dégustées, même qualité. Souple, finement acide, gourmand et soyeux. UN TRÈS GRAND VIN. :cdc:

Fromentin-Leclapart

2009: Rouge cerise, clair, peu de matière, le nez est sur le fruit acidulé, épicé. La bouche est légère, la finale est belle sur le fruit, très élégant, facile à boire.

Herbert Beaufort

2005: Cassis-myrtille au nez, petit côté épicé, pas de trace d'évolution. La bouche est tannique avec une trame serrée finement acide. Petit fruit acidulé.

1990: Sentiment que le vin est passé, chaud, pas convaincu mais vin dégusté en fin de journée.

Maurice Vesselle

2002: Tuilé et brillant, le nez est épicé, « terreux », il pinote. La bouche est souple, fine acidité, un peu âpre, style bourguignon.

1985: Ambré, marroné. Café/épice. Finale serrée, un peu sèche avec malgré tout une belle acidité qui réveille les papilles.

Paul Bara

2004: Clair, un peu évolué, limpide. Petit fruit rouge et épice au nez. La bouche manque de matière, attaque fluette, milieu de bouche creux mais finale puissante et belle aromatique. Maigre et un peu jeune/tannique. Pas facile en l'état.

Paul Clouet

Assemblage 2009/10: La robe est rouge cerise, pure, limpide et brillante. Au nez, il fait très beaujolais, fruité et frais. L'attaque est perlante, fruitée/ronde en milieu de bouche, finale un peu jeune/tannique. Vin avec de la matière et une fine acidité. Assez noble, classique.

1959: Le vin est bien équilibré, on est sur du fruit au sirop, sensation de sucrosité. Pas hyper convaincu, question de goût personnel, le vin reste équilibré.


Rosé des Riceys:

Morize Père & fils

2009: Limpide, pas brillant, rouge tirant sur le rosé, l'orangé, déjà évolué. Le nez est frais, petit fruit rouge, élégant, fine note de kirch. La bouche est matiérée, c'est droit, beau toucher puis l'acidité prend le dessus, la finale est un peu jeune/tannique, assez ample avec un fruit présent. Vin dissocié, avec bcp d'acidité presque tannique et un fruit incisif.

1996: Belle robe évoluée, ça pinote et ca compote au nez, vin vertical, fin et fruité. Très beau.

Morel père & fils

2006 (fûts 5-10 vins):

Bouteille 1: Début d'évolution, le nez est très beau sur les épices, mûr avec de la fraîcheur. Petit fruit rouge, matière souple, belle persistance et finale jeune/tannique

Bouteille 2 (ouverte le matin): Le nez est incroyable d'évolution, le vin est métamorphosé, très mûr, miellé, compôté. Un début d'oxydation. J'aime assez en réalité!

1998: Evolué, rose-orangé, le nez est frais sur le pamplemousse. La bouche est fraiche sur les petits fruits rouges acidulés. Très beau rosé.

Marquis de Pomereuil

2009: Limpide et brillant, rouge cerise, clair. Le nez est frais, sur les fruits rouges et une pointe d'épice. Un peu fermé, dense et assez rond. La bouche est douce, ronde, un peu courte. La trame manque d'acidité à mon goût, la finale un peu tannique. Le fruit est peu précis. Vin fermé ou fluet?

1998: Beau nez ouvert sur le fruit compoté, belle fraîcheur. La bouche est simple et très agréable sur des arômes tertiaires avec toujours ces épices, orange, menthe.

Vincent Lamoureux

2009: Un peu trouble, cerise claire. Le nez est frais et fruité, sensation de douceur...après un peu d'aération, très très beau nez sur le fruit. La bouche a un bel équilibre tout en tension, la finale est tannique. Le vin semble fermée. Potentiel de garde très intéressant à mon sens.

1995: Belle puissance, épicé et frais. Bon vin.

Jean-Jacques Lamoureux

2010: Un peu trouble, cerise claire. Le nez est très expressif, sur le fruit et sensation «minérale». La bouche est très souple, ronde, pas tannique, finale élégante et douce sur le fruit. L'acidité est maîtrisée. Mais plus je le goûte et plus je le trouve dissocié et tannique. :)

1989: Sur la fraise, sous/bois, équilibré, légère amertume en fin de bouche. Très très beau.

Olivier Horiot

En barmont 2006: Mûr et épicé, un peu fumé, belle acidité en bouche, trame tannique, côté sauvage, fruit présent mais discret. Un vin tout en tension.

En valingrain 2006: Moins frais, plus « fermé », matière plus souple, avec un fruit bien mûr en milieu de bouche. Un vin tout en rondeur.

Deux très beaux vins à l'expression bien différente.

2003 valingrain: Confit, belle fraîcheur, bouche souple encore tannique, finale un peu amande, mentholée. Belle expression.

Jacques Defrance

2005: Robe évoluée, limpide, claire orange/rose. Le nez est sur l'amande, les fruits secs, les épices, un peu de fraise. La bouche est terreuse, très mûre, avec un petit creux au milieu et une finale persistante. Manque de fraîcheur et de précision à mon goût.

1982: Beau fuité sur la fraise, finement acide, finale persistante et terreuse, un peu trouble.

Christophe Deschannes

2008: (cuve) robe claire sur la cerise, brillante et limpide. Très beau nez épicé et fruité, presque "sensuel", gourmand et frais. La bouche est souple avec une finale sur le fruit. Beau vin sur la fraîcheur mais manque un peu de tenue.

Clergeot Père & fils

2008: clair et évolué tirant sur le brun. Le nez est épicé et fraise/pruneau. C'est frais. Belle entrée et milieu de bouche . La finale retombe un peu. Vin aromatique mais peu complexe.

Sébastien Bauser

2009 (100%cuve): Beau rouge/rosé limpide et brillant. Le nez est très rose. La bouche est souple en entrée, le milieu très fruité et rond, sensation de petit piquotement capiteux. La matière est souple, facile mais avec une belle tension.

Un rosé rond, j'attends plus de tension, de minéralité.

1999: Sur la fraise, finesse au nez, manque un peu de matière, belle acidité.

Alexandre Bonnet

2008: Limpide et brillant, rouge cerise clair. Très très expressif au premier nez puis se referme. Epicé. La bouche a de la structure, de l'acidité, de la puissance. Le fruit est timide mais sera certainement très beau d'ici qlq années.

2002: Magnifique robe orangée, épicé, belle acidité, très élégant, un peu perlant en attaque.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1722
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: Dégustation 2012 - 1er Salon Bouzy-Rosé des Riceys

Messagepar EricC » 05 mars 2017 10:53

Marrant parce que j'attends encore de tomber sur un Bouzy ou un Rosé des Riceys qui me paraisse convaincant, alors de là à imaginer que ça puisse vieillir 70 ans ...



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2397
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: Dégustation 2012 - 1er Salon Bouzy-Rosé des Riceys

Messagepar sebovino » 05 mars 2017 11:14

Relis le commentaire de Cora et Greg V sur le Coteaux Champenois de Larmandier Bernier, sur un vieux millésime.

Et mon commentaire sur le Bouzy de Paillard.

Sans compter des expériences fameuses sur Egly Ouriet 2009, Bérèche 2009 et Larmandier Bernier 09.

Ce qui peut t'empêcher de tomber sur du bon est soit la jeunesse du vin soit un millésime trop "vert" soit le prix qui est souvent assez haut, entre 25 et 50€ chez les 4 sus cités et qui te freinera peut être dans l'acte d'achat. Amha.


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!


Retourner vers « Dégustations thématiques de vins »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion