Webovino
Le forum qui a du nez
Là, tout n'est que content ou pas content!
Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

"Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar EricC » 12 oct. 2017 00:04

La vidéo d'Antonin qui a engendré l'attaque suivante:
https://m.youtube.com/watch?v=oM7Z3xS1kAE

https://mypenguinmoon.tumblr.com/

Anonyme 1 - Antonin I.A 0



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

"Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar sebovino » 12 oct. 2017 12:10

Un illustre anonyme attaque Antonin, un illustre défenseur de la cause "Nature"...

Je suis grognon

Antonin, tu nous les brises.

Tu nous les brises menu, Antonin, mais je veux être indulgent et ne pas douter ici de ton amour pour le vin – encore que, s’il le fallait bien sûr, je pourrais, l’air de rien, suggérer aux rares pelés qui s’apprêtent à lire ce billet qu’aimer sans savoir, c’est aimer sans s’intéresser et qu’aimer sans s’intéresser, c’est baiser sans souci de procurer le moindre plaisir à ses camarades de jeu.


Car, vois-tu, tout le problème est là, Antonin.

Tout le problème est là.

(...)

source:https://mypenguinmoon.tumblr.com/
Ici, en petit, l'intégralité de la missive (si jamais ce texte original venait à disparaitre)

Je suis grognon

Antonin, tu nous les brises.

Tu nous les brises menu, Antonin, mais je veux être indulgent et ne pas douter ici de ton amour pour le vin – encore que, s’il le fallait bien sûr, je pourrais, l’air de rien, suggérer aux rares pelés qui s’apprêtent à lire ce billet qu’aimer sans savoir, c’est aimer sans s’intéresser et qu’aimer sans s’intéresser, c’est baiser sans souci de procurer le moindre plaisir à ses camarades de jeu.

Car, vois-tu, tout le problème est là, Antonin.

Tout le problème est là.

Ces chroniques de punk à chien que, j’ose dire, pour le malheur de tous ceux que tu désinformes, tu nous livres à intervalle régulier depuis quelques années afin de défendre et le « nature » et le « naturel » et « l’éthique » et « bla-bla-bla » face au grand méchant « conventionnel » – chimique et sournois va sans dire – sont à œnophilie sincère, je te le dis comme je le pense, mon pauvre ami, ce que la pornographie de caniveau la plus déplorable est à l’authentique plaisir de l’étreinte : un mensonge aussi grossier que cynique, un outrage impardonnable.

Alors évidemment, tu me diras, je le sais, que tu t’adresses à un public de néophytes, à un public ignorant des choses du vin, un public jeune et citadin, connecté, complotiste et friand de tes diatribes, et qu’il convient, pour faire du clic, de le nourrir de raccourcis manichéens, de caricatures sectaires et de « fake news » à vocation pédagogique ; tu me diras que tu vulgarises, que tu défriches, que tu ouvres la voie ; tu me diras que tu inities et que si, touchée par la grâce miraculeuse d’une « punchline » bien brutale, une seule de tes ouailles se détourne de la grande distribution pour s’en aller, docile, sucer un irréprochable artisan moustachu, le pari est gagné.

Et tu n’as pas totalement tort.

Note bien ces mots : tu n’as pas « totalement » tort.

Car j’ai beau être œnologue, je l’avoue sans détour au risque d’être, misérable que je suis, tondu à la libération, j’ai beau avoir étudié la chimie du vin, car tout est chimie, tu ne l’ignores pas, j’ai beau avoir travaillé à Bordeaux, en Alsace, en Champagne, au Chili et même dans le Val de Loire, j’ai beau avoir manipulé le soufre et réactivé, d’année en année, quelques sachets de levures sèches, j’ai beau connaître l’intérêt des enzymes et le secret des collages, j’ai beau avoir utilisé, parfois, un spectrophotomètre ou, pour un dosage d’anthocyanes, avoir fait circuler de tube en pipette de l’acide chlorhydrique et du bisulfite de sodium sur la faïence d’une paillasse, je suis moi aussi, ne t’en déplaise, cher Antonin, partisan d’un certain laisser-faire. La nature, la plupart du temps, se débrouille très bien seule. Nul besoin de la pousser au cul comme une quelconque salope indisciplinée, nul besoin de la policer au tonfa des blouses blanches, de l’enrichir en ceci, de l’appauvrir en cela et, sévère, de la corriger pour ses manquements idiots. Je sais tout cela. Je sais aussi, et probablement mieux que toi, crois-moi, le dangereux virage de la chimie pris au champ plus qu’au chai dans le courant des années soixante, je sais le caractère grotesque de la multiplication des traitements, et pire, des traitements préventifs, devenus au fil du temps aussi automatiques que la prescription d’antibiotiques à la première toux ; je sais, puisqu’à juste titre, on en parle beaucoup ces jours derniers, le glyphosate et bien d’autres encore, car, oui, je connais les matières actives et leurs adjuvants ; j’ai étudié par simple comptage, je te rassure, la progression des populations de quelques parasites communs en vue de les contenir et je maîtrise, grands dieux, l’effrayant concept de pression cryptogamique, tu vois ? J’en ai vu des vertes et des pas mûres… Et je n’ai pas plus que toi de sympathie pour les pesticides, les insecticides, herbicides et fongicides, qui filent, dit-on, de méchants cancers aux pauvres diables chargés par une hiérarchie, assurément national-socialiste, de pulvériser en douce, à la scélérate, d’innommables poisons à proximité des écoles maternelles.


Leurs sales produits, c’est vrai, se retrouvent dans nos pinards.

Tu n’as pas totalement tort.

Et pour autant, tu me les brises, Antonin.

Tu me les brises menu avec ta suffisance de petit blogueur, qui, entre deux dégustations à la Maroquinerie, propage la peur et l’ignorance – et l’ignorance surtout, dont découle la peur. J’en ai marre que tu fasses le « buzz » sur les réseaux sociaux en assénant avec toute l’assurance que te confère ton inqualifiable cuistrerie, les contre-vérités et les amalgames qui font le sel et le piment de tes interventions mesquines. J’en ai marre que tu fasses de notre petite scène pinardière nationale le ring bling-bling, où, pour ton seul profit, s’affrontent Rocky Balboa et l’autre, tu sais, Ivan Drago, l’Américain gentil et le méchant Russe soviétique, ou, pour filer la métaphore, le juste qui s’entraîne « nature » en courant dans la neige et en coupant du bois avec courage, avec amour, avec abnégation et le fourbe, artificiellement gonflé en laboratoire par un aéropage de savants fous à grand renfort de machines mystérieuses et d’injections malhonnêtes. Non, mais attends… Sérieusement, tu crois toi-même aux conneries que tu racontes ? Tu t’entends ? Tu t’écoutes ? Tu devrais, je crois. Ça t’éviterait de raconter n’importe quoi.

Ça t’éviterait notamment d’estimer qu’il suffit à quiconque de jeter un coup d’œil rapide et distrait à ce fameux Codex, qui fixe les limites du possible et que tu sembles avoir pris en grippe, pour affirmer que les vins que boivent communément l’essentiel de nos congénères, les tiens, les miens, toi, moi nous, contiennent jusqu’à soixante-dix intrants. Ça t’éviterait ce genre d’énormité, tu vois ? Parce que je te le dis sans animosité : aucune vinification, aucune, je vais même te l’écrire en majuscule, AUCUNE vinification ne requiert l’usage de soixante-dix additifs. Aucune. Jamais. Nulle part. Ce que tu décris n’existe pas ; et je te mets au défi de me prouver le contraire. Car de la pire des piquettes conditionnée en Tetrapack et résultant de l’assemblage de différents vins possiblement frelatés de la Communauté Européenne, jusqu’au Grand Cru Classé de Bordeaux – pourtant parfois bien « techno » de nos jours – et même en passant par les plus « travaillés » des jus déréglementés d’outre-Atlantique, d’outre-Atlantique ou d’ailleurs, je ne veux stigmatiser personne, aucun vin, entendez-moi bien, amis lecteurs, entends-moi bien, ami Tonio, AUCUN vin, jamais, nulle part, n’a nécessité pour son élaboration le recours à soixante-dix additifs – ni à soixante-dix, ni à soixante, ni à cinquante, ni à dix d’ailleurs : ce serait un contresens œnologique, ce serait un contresens économique, dans la mesure où chaque manipulation exige un achat, une compétence et de la manutention et ce serait donc, pour le dire en peu de mots comme en trop, une insulte lancée à la plus rustique des intelligences.

Alors, parlons pesticides, d’accord. C’est un problème grave. Et qui mérite d’être traité avec sérieux – pas comme tu le fais. Parlons étiquetage, si tu le veux, c’est certes un demi-problème, que dis-je un demi-problème, un dixième, un centième de problème, que, sans scrupule, tu instrumentalises éhontément afin de faire accroire à un public ingénu que les docteurs Mengele et Frankenstein, associés pour l’occasion à Ben Laden, revendent en douce un cocktail d’huile de vidange, de farines animales et de débouche-chiotte. Et enfin, parlons goût.  Puisque dès lors qu’il s’agit de pinard, la question du goût se pose fatalement. Et mettons les pieds dans le plat : « nature » ou « naturel » n’est pas synonyme de qualité, d’intégrité et garantie d’enchantement, ou pas plus en tout cas que « conventionnel » n’est synonyme de platitude, d’artifice et promesse d’un abyssal ennui. Présenter les choses de cette manière, au mieux, dénote une ignorance crasse et coupable et au pire, révèle une indicible malhonnêteté, qu’à vue de nez, je situerais à onze ou douze-mille années-lumière du simple parti-pris.    

Et c’est pour toutes ces raisons, vois-tu, que tu me les casses, mon p’tit Toto. Pour toutes ces raisons et pour une raison plus personnelle que je me dois d’exposer ici et maintenant : car j’aime les vins dits « nature » ou « naturels », quel que soit le nom qu’on leur donne, je les aime sincèrement, oui, j’aime que des vignerons, dont le travail m’inspire la plus grande admiration, littéralement, s’esquintent à respecter les sols, la plante, le fruit et le consommateur en s’interdisant de recourir à la chimie, et rares sont ceux qui, loin des vignobles, savent et comprennent à quel point se tenir à cette contrainte est difficile et parfois risqué ; j’aime aussi, je le confesse, que ces mêmes hommes, fidèles à une ligne exemplaire – que seule la crainte de verser encore dans l’emphase m’interdit de qualifier de philosophie – s’échinent à réinventer leurs façons de vinifier, afin de tirer de leurs moûts la quintessentielle expression de leur terroir, en limitant par exemple les interventions, mais pas nécessairement ou pas seulement, parce qu’un vin « naturel » n’est pas un vin de fainéant : il ne s’agit pas de stocker son raisin en cave et d’attendre en croisant les doigts pour que tout se passe bien. Il s’agit de travailler, de savoir ce qu’autorise le Codex et de maîtriser son sujet, afin de décider en conscience de ce que l’on s’autorise et de ce que l’on s’interdit, il s’agit d’avoir une idée et de poursuivre un but – comme en « conventionnel » soit dit en passant. Alors… Je suis fumasse. Oui, je suis fumasse lorsqu’un guignol, qui s’intéresse au pinard comme je m’intéresse au rock alternatif ouzbek, s’avise de distribuer les bons et les mauvais points sans la moindre nuance et sans explications entre deux quarts de cuite dans le dernier des lieux branchés de la capitale. Oui, je suis fumasse. Et la dernière des mille raisons de mon agacement, je te la livre enfin, cher Antonin : c’est qu’à chaque fois que je t’entends parler de tout cela, c’est qu’à chaque fois que les réseaux sociaux s’emballent et que dix jours durant s’affiche sur mes écrans le titre putassier de ta dernière saillie sous une photo de ta bouille de cancre réjoui, j’ai envie de faire un don à Bayer & Monsanto.

Mais bordel. Que c’est triste ! 

Non ?

Nota bene : Vous serez un certain nombre, je n’en doute pas, à me reprocher de rester anonyme, à me prêter peut-être une certaine lâcheté et à déplorer que je n’assume pas mes opinions en nom propre. Mais je m’en fous. Je suis franc avec vous : je m’en fous. Je n’ai, sachez-le, aucunement l’intention d’engager le débat. Je n’ai aucune intention de répondre aux insultes des uns ou aux compliments des autres. Et je n’ai pas la moindre ambition d’intégrer en qualité de membre actif cette blogosphère, dans l’ensemble assez pathétique, et pour laquelle, l’aviez-vous deviné, je n’ai que peu de tendresse.

À toutes fins utiles : oenorage@gmail.com  


Des choses à dire?


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

mrim
Messages : 89
Enregistré le : 19 juil. 2017 14:04

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar mrim » 12 oct. 2017 12:43

Cela ne m'étonne pas, il me gonfle aussi le Antonin comme tous les extrémistes, après ce pamphlet n'apporte pas grand chose sur le fond.



Avatar de l’utilisateur
ArnaudV
Site Admin
Site Admin
Messages : 1292
Enregistré le : 29 oct. 2015 17:47

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar ArnaudV » 12 oct. 2017 14:13

Après le Antonin il défend des causes qui sont louables : défendre les vins artisanaux ça me parait un enjeux culturel majeur. L'artisanat est un facteur différenciant fortement la France de la culture anglo-saxonne et de la mondialisation favorisant l'industrialisation massive qui dévaste tout sur son passage.

Je partage certains de ses combats. Pouvez-vous me dire ce que vous lui reprochez ?



mrim
Messages : 89
Enregistré le : 19 juil. 2017 14:04

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar mrim » 12 oct. 2017 14:32

ArnaudV a écrit :Après le Antonin il défend des causes qui sont louables : défendre les vins artisanaux ça me parait un enjeux culturel majeur. L'artisanat est un facteur différenciant fortement la France de la culture anglo-saxonne et de la mondialisation favorisant l'industrialisation massive qui dévaste tout sur son passage.

Je partage certains de ses combats. Pouvez-vous me dire ce que vous lui reprocher ?


La cause est louable et j'y suis sensible, ce que je reproche ce sont ses postures extrêmes et son argumentation légère qui contribue à donner aux vins natures une image de vins pour bobos parisiens.
Je pense qu'il y a bien meilleur défenseur des vins natures et il y en a un qu'on connait bien tous les deux.

Pour moi ces gens qui versent dans l’extrémisme desservent leur cause plus qu'autre chose.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar Greg v » 12 oct. 2017 15:48

Bof, une attaque masquée un peu lourde n'a pas grand intérêt. Pourtant je comprends que les bobos prescripteurs et donneurs de leçon puissent agacer, mais ça méritait une meilleure salve.



mrim
Messages : 89
Enregistré le : 19 juil. 2017 14:04

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar mrim » 12 oct. 2017 17:36

Greg v a écrit :Bof, une attaque masquée un peu lourde n'a pas grand intérêt. Pourtant je comprends que les bobos prescripteurs et donneurs de leçon puissent agacer, mais ça méritait une meilleure salve.


C'est ce que je dis dans mon premier message, le fond de ce pamphlet est creux.
En même temps cela reflète assez bien le niveau des débats entre Antonin I-A et de ses contradicteurs enfin de ceux que j'ai pu voir, le fond est assez creux et tourne au débat idéologique.



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar EricC » 12 oct. 2017 19:13

ArnaudV a écrit :Pouvez-vous me dire ce que vous lui reprochez ?


Exactement ce qui est écrit dans le billet "Je suis grognon".



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar sebovino » 12 oct. 2017 22:35

mrim a écrit :Je pense qu'il y a bien meilleur défenseur des vins natures et il y en a un qu'on connait bien tous les deux.


Qui donc?

NB: J'ai ajouté au premier message d'Eric la vidéo d'Antonin qui a provoqué cette missive attack de cet anonyme


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar Greg v » 12 oct. 2017 23:14

EricC a écrit :La vidéo d'Antonin qui a engendré l'attaque suivante:
https://m.youtube.com/watch?v=oM7Z3xS1kAE



Ah oui il en tient une couche ! C'est à se demander si c'est du second degré :?



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar sebovino » 13 oct. 2017 00:07

Oui Greg, vidéo déjà posté sur le haut de file.

Voici ma première réponse après lecture de ce texte et sans avoir visionné la vidéo:

"Lettre très agréable à lire, j'aurais été l'Antonin I-A, j'aurais salué cette façon de me chahuter; avec des points certainement véridiques. Faut remuer l'bordel, les rebonds appportent tjrs un peu de dynamisme a un milieu bien mou et cachotier. D'ailleurs cet anonyme ne développe ni argumente ni explique bien des points abordés pour fracasser l'Tonio. L'Tonio qui au-delà de la scène INTERNET, m'a tjrs fait bonne impression, avec un sens certain de la retenue comportementale. Maintenant sur le fond du fond, difficile de remettre en question la pertinence idéologique, philosophique de mectons comme Toto, et ce, malgré ses vins natures déviants, ses bars à vins agaçants, ses apparitions Net.Beau gosse.rebelle

Le soucis est qu'une fois affilié a une mouvance, un label, un groupe, on perd FATALEMENT en liberté et on vend quelques unes de ses convictions au process/protocoles/règles dont la rentabilité et l'existence pérenne dépandent de choix, d'une communication et actions asymétriques à ses propres valeurs"

Voici ma réponse après avoir visionné la vidéo et surtout suivi le débat (avec Antonin, amis d'A. et vignerons de tous label et mouvance) sur le profil FB d'Antonin:

Il ne le dit pas sur cette courte vidéo mais le dit en revanche sur FB. Quand tu as quelque chose à dénoncer, promouvoir, défendre ou à expliquer en 5 min à un publique relativement "ignorant" de la chose, tu vas à l'essentiel quitte à jouer d'une certaine caricature manichéenne. Il a l'humilité, lui, de dire qu'il a pu être maladroit ( mea culpa inexistant chez 100% des critiques français tous médias confondus) dans la forme de sa vidéo. Il développe en expliquant EVIDEMMENT que les 70 intrants ne sont pas ou pas forcément utilisés dans chaque vin, qu'évidemment beaucoup de conventionnel intelligent font de très bons vins. Mais, in fine, l'histoire est tout de même de valoriser, porter les valeurs de ces vignerons NATURE dont la plupart ont fait des choix de vie plus que des choix de produit.

Cette vidéo, où il s'exprime avec un faciès fatigué, des punch line, un ton parfois hésitant a le mérite de soulever le débat. L'enjeu était là apparemment.

J'ajoute à titre purement personnel, qu'il pourrait travailler sa com' avec plus de malice et qu'il en serait ENCORE PLUS persuasif et surtout ENCORE MOINS ATTAQUABLE par des détracteurs qui n'attendent qu'une faute de mèche sulfureuse (chacun sa coiffure) pour siffoner une intention autrement plus louable que nos 60 dernières années de chimie quasi en mode open-bar.

Bref, la vidéo toute seule peut agacer, quand on entre dans le sujet, ce mec est charmant, pas con et défend une noble cause...


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

gogo51
Messages : 8
Enregistré le : 30 janv. 2017 20:46

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar gogo51 » 13 oct. 2017 07:14

Greg V a osé écrire :

Bof, une attaque masquée un peu lourde n'a pas grand intérêt

non de dieu, c'est vrai que ça ose tout.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar sebovino » 13 oct. 2017 08:14

Je suis d'accord avec toi Gogo51, j'aime aussi beaucoup quand Greg V ose, tente des choses qui vont à l'encontre de la pensée unique. :good:


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar EricC » 13 oct. 2017 10:24

sebovino a écrit :Quand tu as quelque chose à dénoncer, promouvoir, défendre ou à expliquer en 5 min à un publique relativement "ignorant" de la chose, tu vas à l'essentiel quitte à jouer d'une certaine caricature manichéenne.


Ben non, justement.
C'est de la malhonnêteté intellectuelle, et il n'y aurait pas besoin de ça pour dénoncer ce qu'il souhaite combattre.
Pas plus qu'il n'est nécessaire de sortir les autres âneries dont il a pu être l'auteur par ailleurs.



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar EricC » 13 oct. 2017 10:29

"Boire du vin naturel, c'est tout simplement meilleur, objectivement" (ici)

"lorsqu'on boit du vin naturel, on n'est pas ivre de la même manière qu'avec n'importe quel picrate de supermarché" ()

Ca commence à faire beaucoup pour un seul homme, surtout quand il tient le micro aussi souvent.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar sebovino » 13 oct. 2017 13:06

Te battre contre la GD, les vignobles souillés, les lobby cyniques et les vins sans âmes doit être relativement ernergivore...A un moment, tu peux avoir envie de rendre fou ceux qui cassent ou tentent de décridibiliser ton oeuvre ( qu'elle soit lucrative ou d'intérêt public). Et pour les,rendre fou tu uses des mêmes artifices sémantiques, aussi pour soulever la polémique, mettre en lumière etc...

Peut-il faire mieux et autrement? Certainement mais dans l'ensemble c'est LARGEMENT positif.( sans bien ni tt connaitre ses sorties médiatiques).

Mais entre la maison d'édition, la,promotion du Nature et les dénonciations des émanations polluantes de grosses firmes, j'ai le sentiment que la dignité humaine et sa santé.sont mises en avant. Alors un petit.raccourci agaçant ici ou lç...:)

Mais oui, parfois, il taquine sévère .


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!

Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3473
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar Greg v » 13 oct. 2017 14:29

Il accumule les énormités :

- le vin nature est plus complexe que les autres (je trouve que c'est justement le contraire, en général)
- si c'est pas nature, c'est donc qu'il y a possiblement 70 intrants
- la nature c'est toujours bon
- un vin en supermarché NE PEUT PAS être de qualité

Bref, que des âneries.


Sinon Gogo51, comment se fait il que tout le monde me connaît moi ? je comprends mal ton parallèle et ton ironie.

PS : ton pseudo est génial



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar EricC » 13 oct. 2017 14:38

Je pense que les militants de tous bords (et ce n'est pas vrai que pour le vin, d'ailleurs) auraient intérêt à comprendre un truc fondamental, c'est qu'il est à mon avis bien plus positif de parler avant tout de ce qu'ils aiment, sans chercher systématiquement à se trouver un ennemi (réel ou imaginaire) contre lequel il faut lutter.

Je pense l'avoir réalisé peu après avoir vu Mondovino (le film de Nossiter) à sa sortie, en cherchant à comprendre ce qui me gênait dans sa vision des faits.
A.I-A souffre du même travers, amha.
Ca m'a d'autant plus sauté aux yeux après avoir lu à peu de temps d'intervalle un bouquin du même Nossiter, puis "Choses bues" de Jacques Dupont. Dans ce dernier, le principal souvenir qui m'est resté c'est celui d'un mec fondamentalement amoureux du vin, et des gens qui gravitent autour.
Dans le cas de Nossiter, celui d'un mec qui passe son temps à chercher de bonnes raisons de cracher sur "le camp d'en face".

J'ai clairement du mal avec les gens qui se servent d'un clivage pour exister, surtout médiatiquement.



Avatar de l’utilisateur
EricC
Membre averti
Membre averti
Messages : 1602
Enregistré le : 31 oct. 2015 00:01

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar EricC » 13 oct. 2017 14:40

Greg v a écrit :Bref, que des âneries.


Oui, beaucoup trop d'âneries qui décrédibilisent complètement son discours ... du moins chez ceux qui sont un peu au courant.
Ca peut marcher auprès d'un public néophyte, mais je crains qu'il ne faille plus de nuance pour les persuader d'insister après une ou deux tentatives "délicates" sur des vins nature.



Avatar de l’utilisateur
sebovino
Membre averti
Membre averti
Messages : 2096
Enregistré le : 02 nov. 2015 11:29

Re: "Je suis grognon, Antonin, tu nous les brises" - par un anonyme

Messagepar sebovino » 13 oct. 2017 19:36

Des âneries, oui et non en réalité. Il force le trait dirons-nous pour créer du buzz autour des quelques % que représentent les vins NATURE.

Il défend avant tout le Bio/BioD/Nature et tous les vignerons mesurés qui essayent de valoriser sans artifices leurs cepages. Alors, une petite saillie agressive à l'égard d'une filière ultra cynique qui a toujours réponse à tout façon Monsanto ( prouvez que nos molécules provoquent le Cancer!!!! On se croirait sur le Tour de France à écouter des responsables de labo qui mettent au point de nouvelles molécules actives dopantes avec forcément 8 temps d'avances sur la recherche préventive, puisque nouveaux cocktails - on ne peut trouver que ce que l'on croit savoir chercher) c'est un peu le juste retour de bâton.

Que cela ne soit pas hyper efficace, certes. Mais l'attaquer personnellement de la sorte en le qualifiant de petit bobo blogueur ignorant pinardier qu'il est sous prétexte qu'il dézingue un peu et qu'il a une bonne gueule, je trouve ça limite, voire injuste.

Faudrait pas que ces quelques raccourcis romancés prennent le pas sur le fond et brouillent l'essentiel.

Il y a aussi l'art et la manière de ne pas être d'accord avec les propos de sa vidéo. On peut objecter sans pondre un texte (de cet anonyme apparemment oenologue) de la sorte, aussi marrant soit-il...enfin pas si marrant quand on est concerné...parce que c'est un peu violent on va dire...


La minéralité est au vin ce que la latéralité est au manchot unijambiste. Mao Tatsé Tong!


Retourner vers « Missive, Pamphlet, Billet d'humeur ou d'amour »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion