Webovino
Le forum qui a du nez
les vignerons se mettent à table
Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3863
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Entretien avec Gilles Lancelot (Champagne Lancelot-Pienne)

Messagepar Greg v » 30 janv. 2016 10:41

Entretien avec Gilles Lancelot :


Image


Webovino : Pouvez vous nous présenter votre domaine ?
Gilles Lancelot : Notre vignoble est situé au cœur de la Champagne, à Cramant. Le domaine s'étend sur 8,50 hectares de vignes. Nos parcelles sont cultivées tant sur les terroirs de la Côte des Blancs et que ceux de la Vallée de la Marne. Un savoir-faire transmis de générations en générations, la passion pour la terre, la vigne et le métier de vigneron, me permettent d'avoir un contrôle et une maîtrise parfaite dans la conduite de nos vignes et la récolte de notre raisin. Le parcellaire, très morcelé, demande une attention particulière et assure une grande diversité de caractères de nos vignes, offrant ainsi une large palette d’arômes et de saveurs lors de l’élaboration de nos cuvées. Cette grande variété nous permet d'entretenir le style des champagnes Lancelot-Pienne. J'ai personnellement pris la direction du domaine en 2005. Œnologue de profession, j'essaye de perpétuer les traditions familiales et l'expérience acquise de mon père, l'image et le caractère de nos champagnes. Une histoire qui dure depuis 120 ans lorsque mes ancêtres posaient la première pierre de notre Maison de Champagne. Au début du siècle, Jean-Baptiste LANCELOT, alors chef vigneron de la maison Mumm à Cramant, cultivait ses premiers arpents de vigne. Il transmet cet passion pour le travail de la vigne à son fils, Jean, qui après avoir acquis une grande expérience dans différentes maisons de champagne, se lance dans la production de ses propres cuvées. Après la Deuxième Guerre mondiale, Jean commercialise ses premières bouteilles. Albert, l'un de ses fils ayant suivi des études vini-viticoles, épouse Brigitte PIENNE, champenoise issue comme lui d'une famille qui se consacre au travail de la vigne et du vin. En 1967, les vignobles des deux familles sont mis en commun, permettant au domaine de se développer. Depuis lors, l'indépendance de notre maison dans l'élaboration de ses champagnes est assurée, de la transformation du raisin jusqu'à la distribution des bouteilles (70 000 bouteilles, dont 40% pour la France et 60% pour l'étranger : Benelux, Italie, Japon, Californie…).

Webovino : Quelles sont les méthodes culturales suivies au domaine ?
Gilles Lancelot : Sur 8ha 50 de surface, nous exploitons une cinquantaine de parcelles, parfois de 2 à 3 ares, chacune ayant sa particularité et nous délivrant à chaque vendange des facettes uniques. Cette situation nous recommande de pratiquer une viticulture raisonnée et durable en adaptant quelques principes biologiques tels que le travail du sol, un enherbement sur certaines parcelles plus vigoureuses qui ont des sols plus lourds. Des apports annuels de nutriments s’effectuent dès la fin de novembre avec des amendements uniquement organiques, ce qui laisse le temps à la vigne de mieux les assimiler.
Les 3 tailles Chablis, Vallée de la Marne et Cordon de Royat sont pratiquées en fonction du terroir et du cépage. Notre personnel qualifié possède toutes les connaissances pour mener à bien les différents travaux viticoles.
Au cours du développement de la végétation, les vignes sont également suivies par un organisme de contrôle qui nous permet d’adapter, au mieux, la matière active contre les maladies cryptogamiques. Ces traitements sont préventifs et appliqués en cas de besoin. Il n’y a pas de miracle, si vous souhaitez faire un bon vin, il faut une matière première irréprochable, un raisin pour lequel nous avons suivi son développement du mois de mars jusqu’au mois de septembre….

Webovino : Sauf erreur de ma part, vous ne faites que des vinifications en cuve et vous réalisez les fermentations malolactiques. Envisagez vous de faire des essais avec un apport de bois ou des essais avec blocage des malos ?
Gilles Lancelot : Effectivement, les vinifications sont réalisées en cuves inox pour garder une neutralité parfaite, je ne suis pas un adepte des oxydations ménagées et souhaite garder le style de mes vins. Une vinification sous bois changerait la structure de mes vins. Cela serait sûrement très bon mais différent de ce que je produis.
Il est important, surtout sur les vins de Cramant de pratiquer une vinification en cuves inox afin de mettre en valeur la "minéralité", la sensation « craie mouillée » du terroir.
Je pratique les fermentations malolactiques sur mes vins. Je vinifie ainsi des vins plus souples mais aussi et surtout plus complexes aromatiquement.

Webovino : Le dosage de certaines de vos cuvées a baissé. Quel est l'impact sur les vins en termes gustatifs ?
Gilles Lancelot : Toujours dans l’idée de réaliser des « vins d‘auteur », des vins « haute définition », nous avons une approche plus importante en terme de dosage. Nous adaptons un faible dosage à nos vins afin de mettre en valeur « le terroir ». Il suffit de déguster une Cuvée Table Ronde à 3 g/l pour le comprendre. Vous aurez une sensation saline, un caractère minéral persistant en bouche, une des particularités de Cramant. Le sucre est utilisé en tant qu’exhausteur de goût, comme peut l’être le sel en cuisine.

Webovino : Le domaine a t-il pour ambition de s'agrandir ? Si oui par quels moyens ?
Gilles Lancelot : Le Domaine a l’ambition de s’agrandir mais aussi de valoriser son vignoble.
Un de mes fils est en classe préparatoire pour intégrer une école d’agronomie…. L’avenir nous dira s’il « intègre » un jour notre Domaine. J’avoue que l’idée de devenir un jour négociant est en train de mûrir. L’amour du travail, la passion pour notre métier sont des valeurs que le négociant et le récoltant manipulant entretiennent et ces deux mondes se rejoignent.

Webovino : Certains amateurs se plaignent de hausses parfois conséquentes des tarifs de certains RM de qualité. Estimez vous ces plaintes justifiées ?
Gilles Lancelot : Nous devons nous adapter à une demande de clientèle variée : particuliers, cavistes, agents, distributeurs à l’export, etc… et chacun souhaite présenter un prix en relation avec son marché, à nous, de satisfaire tout le monde avec l’idée de valoriser nos cuvées.

Webovino : Quelle est la cuvée produite dont vous êtes le plus fier ?
Gilles Lancelot : Marie Lancelot requiert le plus d’attention dans son élaboration car nous choisissons nos parcelles de Cramant les plus typées. Nous y attachons de l’importance dès le débourrement du bourgeon et le moment de définition lors des différentes dégustations en cuves, pendant la vinification, est toujours très attendu.

Webovino : Pouvez vous nous proposer un accord mets/vins particulièrement réussi avec l'une de vos cuvées ?
Gilles Lancelot : Cela me fait penser à une anecdote : un jour, un client me demande de présenter notre cuvée de la Table Ronde dans un restaurant à des dégustateurs attablés, ayant déjà apprécié leur bière Chimay juste avant, je me suis dit que la partie n’allait pas être facile. Or, bien au contraire, l’amertume et la finesse de la bière ont mis en évidence parfaitement la minéralité de notre cuvée…. Pour vous répondre plus précisément en terme d'accords j'ai un excellent souvenir : une Marie Lancelot avec un carpaccio de coquille Saint Jacques arrosé d’une huile de noisette et accompagné de copeaux de parmesan…. Il est souvent important d’associer un plat avec un vin et de ne pas oublier l’instant, les circonstances qui font que vous vous sentirez bien…

Webovino : Quelle cuvée de l'un de vos confrères auriez vous rêvé de produire
Gilles Lancelot : Peut être une Côte Rôtie de Gangloff ou une cuvée de Trevallon, parce que j’aime aussi leur démarche. Mais voilà je suis champenois, j’ai un vignoble à exploiter et j’aime ma région.



Retourner vers « Les entretiens de Webovino »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion